Articles

Arvo Pärt

Arvo Paert

Paide (Estonie, ex URSS) 1935

Elève de Heino Eller au conservatoire de Tallinn (Estonie), Arvo Pärt gagne un prix de composition avec la cantate pour choeur d'enfants Meie Aed et l'oratorio Maailma Samm en 1962, alors qu'il travaille à la maison de la radio comme ingénieur du son et compositeur.

Entre 1963 et 1968, de style d'abord traditionnel il s'oriente ensuite vers la musique sérielle avant de réintégrer la tradition dans ses compositions, par « collage ». Il arrête ensuite de composer et étudie la musique chorale française et franco-flamande des XIVè, XVè et XVIè siècles (Guillaume de Machaut, Jean Ockeghem, chant grégorien) et sera influencé dans ses compositions beaucoup plus tard. Puis il adopte un style qui associe l'ancienne polyphonie et les références grégoriennes à l'emploi de sonorités nouvelles.

A partir de 1976, son écriture devient postmoderne dénommé Tintinnabuli (petites cloches) par le compositeur.

Puis vers 1980, il s'installe à Vienne puis à Berlin et compose plus particulièrement des œuvres religieuses vocales.

5 œuvres chorales

  • 1963 : Solfeggio, pour chœur à cappella.
  • 1982 : Passion selon Saint Jean , pour quatre voix d'hommes, chœur et orgue
  • 1989 : Miserere , pour solistes, choeur mixte, orgue et ensemble concertant
  • 1997 : Kanon Pokajanen , pour chœur
  • 2008 : Alleluia-Tropus, pour ensemble vocal et octuor de violoncelles.

Eriks Esenvalds

Eriks Esenvalds

Priekule (Lelttonie), 1977

Il étudie au séminaire de théologie baptiste letton avant d'entrer quelques années plus tard à l'Académie lettone de musique où il obtient le master de composition en 2004.

Il chante ensuite dans le choeur national de Lettonie jusqu'en 2011 puis devient Fellow Commoner in Creative Arts au Trinity College de Cambridge pendant deux ans.

Eriks Esenvalds a remporté de nombreux prix de composition et notamment le grand prix national de musique de Lettonie, à trois reprises, et le premier prix du « International Rostrum of Composers ». Il a ensuite eu le plaisir de travailler avec The King’s Singers, le Boston Symphony Orchestra, le Miami University Men’s Glee Club et le City of Birmingham Symphony Orchestra.

Sa musique couvre une grande variété de styles différents, allant de la composition pour choeur aux pièces orchestrales, ce qui a permis au compositeur de travailler avec différents labels et festivals de musique. En 2014, il a notamment composé l'hymne officiel des World Choir Games.

5 œuvres vocales

  • 2011 : Stars, composition pour chœur et verres accordés
  • 2011 : O Salutaris hostia , composé à l'origine pour choeur de femmes
  • 2012 : Northern Lights & other choral works, composé pour illustrer les aurores boréales, pour choeur et verres accordés
  • 2013 : At the Foot of the Sky, pour choeur
  • 2014 : St Luke Passion Sacred Works, pour choeur mixtz et orchestre symphonique, en huit mouvements.(adagio for strings

Knut Nystedt

Knut Nystedt

Oslo (Norvège) 1915-2014

Knut Nystedt était un compositeur, chef d'orchestre et chef de choeur, organiste, professeur de musique norvégien et pédagogue. Il a grandi dans une famille chrétienne, où le chant et la musique ont joué un rôle important.

A douze ans, il chante dans le chœur de garçons norvégien " Olavsguttene " (Les garçons d'Olav) et se retrouve rapidement soliste soprano.

Il étudie le piano et l'orgue avec Arild Sandvold au Conservatoire de musique d'Oslo et fait ses début en tant que pianiste et organiste en 1938.

Parallèlement à ses études de piano et d'orgue, il suit des cours de composition et d'orchestration avec le compositeur Bjarne Brustad. Pendant la guerre, Nystedt choisit pour ses chansons des textes néo-norvégiens de Matias Orheim et Ola Setrom et compose son oratorio "Nådevegen" (Le chemin de la miséricorde). Au printemps 1947, il se rend à New York et étudie l'orgue avec Ernest White et la composition avec Aaron Copland.

Knut Nystedt était l'un des plus importants compositeurs norvégiens et a été responsable de la diffusion de la musique chorale contemporaine en Norvège et dans le monde entier. Son langage musical a montré sa compréhension des développements de l'avant-garde de son temps tout en restant fidèle aux conventions de ses ancêtres.

5 œuvres chorales

  • 1955 : Cry Out and Shout , pour chœur mixte (SSATTB) a cappella
  • 1985 : Adoro Te, op. 107, pour chœur mixte (SSAATTBB) a cappella
  • 1986 : A hymn of human rights, op. 95 pour chœur mixte, orgue et percussion
  • 1986 : Stabat Mater, op 111, pour chœur mixte (SATB) et violoncelle solo
  • 1988 : Immortal Bach, pour chœur à cappella.

Samuel Barber

Samuel Barber

West Chester 1910 – New York 1981


Compositeur américain, Samuel Barber est chanteur puis devient élève de Rosario Scalero au Curtis Institute de Philadelphie. Il obtient les prix Bears (université Columbia), prix de Rome américain et Pulitzer (1935).

Il compose ses premières œuvres au cours d'un séjour à Rome, et notamment le célèbre adagio pour cordes puis pour chœur sous le nom d'Agnus Dei. A partir de 1939, il entre dans une nouvelle période marquée par une rythmique plus complexe, une couleur orchestrale allant de Debussy à Webern, et compose entre autres le concerto pour violon, la 2ème symphonie et plusieurs concertos et quatuor à cordes.

Taxé de néo-romantique, Samuel Barber recherche avant tout une équilibre expressif et une forme d'art harmonieuse.

Il fait une brève incursion dans le dodécaphonisme avec la pièce Knoxville summer of 1915 et une sonate pour piano dédiée à Vladimir Horowitz. Puils il compose des pièces pour solistes, choeurs et orchestres, des opéras et des cycles de mélodies. Il est l'un des plus brillants représentants de l'école américaine.

5 œuvres vocales

  • 1931 : Dover Beach, œuvre pour quatuor à cordes et baryton
  • 1948 : Knoxville summer of 1915, pour soprano et orchestre
  • 1957 : Vanessa, opéra sur un livret de Menotti
  • 1966 : Antony and Cleopatra, opéra sur un livret de Franco Zeffirelli
  • 1967 : Agnus Dei, tiré de l'Adagio pour cordes (adagio for strings